Citoyenneté Action Participation pour le 21ème siècle


1 commentaire

Forêt de Montmorency : l’ONF promet moins de coupes rases

Alors que de nombreux élus et habitants du Val d’Oise réclamaient un moratoire sur les coupes rases en forêt de Montmorency, François Bland, directeur territorial de l’Office National des Forêts (ONF), s’est engagé, le 5 juillet dernier, à ce qu’aucune coupe rase ou coupe à blanc, ne soit réalisée sur de grandes parcelles durant la saison 2011 – 2012 dans la forêt de Montmorency.

Le 7 juin dernier, Arnaud Bazin, président du Conseil général et Hugues Portelli,  sénateur maire d’Ermont, rencontraient Pascal Viné, directeur général de l’Office National des Forêts, pour lui faire part du mécontentement de la population et des élus sur les coupes importantes réalisées dans le massif de Montmorency. Ils avaient alors demandé « le classement du massif domanial de Montmorency en forêt de protection et la création d’une forêt de 1000 hectares sur la plaine de Pierrelaye ». Le 5 juillet, l’ONF a finalement accepté un moratoire, c’est-à-dire l’interruption pendant la saison 2011-2012, des coupes rases ou coupes à blanc dans la forêt de Montmorency.

La décision a été annoncée devant la commission environnement du Conseil général, élargie aux maires des communes concernées, qui recevait François Bland, venu faire part des réflexions engagées par l’ONF depuis la rencontre de juin. Une étude paysagère en cours sera par ailleurs restituée aux élus pour connaître le diagnostic des futures interventions envisagées par l’ONF. Pour Daniel Desse, vice-président du Conseil général en charge de l’environnement : « Le Conseil général a été au cœur des discussions avec l’ONF. La réunion organisée à l’Hôtel du Département a permis d’obtenir des résultats concrets. »

Source VO News


Publicités


Fukushima : 4 mois après… par Greenpeace

Quatre mois se sont écoulés depuis le tremblement de terre et le tsunami qui ont dévasté le Japon. À 14 h 46 (heure locale), le 11 mars, un séisme de magnitude 9 se produit à une centaine  de kilomètres au large de Miyagi, dans le nord-est de l’archipel. La secousse est suivie d’un tsunami, des vagues de quatorze mètres de haut ravagent le littoral. Samedi 12 mars, a lieu la première explosion dans la centrale nucléaire de Fukushima n°1, à 220 km au nord-est de Tokyo. La première étape d’une catastrophe qui n’est toujours pas terminée.

http://energie-climat.greenpeace.fr/fukushima-il-y-a-4-mois-jour-pour-jour


L’Etat promet des mesures de réduction des nuisances sonores aériennes

Nathalie Kosciusko-Morizet, Ministre de l’environnement, a annoncé que les travaux d’insonorisation seront indemnisés à 100% pour les riverains de l’aéroport de Roissy. Une première victoire pour les populations concernées qui attendent maintenant une issue favorable de leur demande de relèvement de 300 mètres des altitudes de survol à l’approche de Roissy et du Bourget en configuration face à l’Est.

Mesure proposée en 2009 par le député maire UMP de Sannois, Yanick Paternotte, la mesure consistant à augmenter l’aide à l’insonorisation pour les riverains de l’aéroport de Roissy a finalement été retenue par la ministre de l’écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet. Lors des deux prochaines années, les populations impactées bénéficieront d’une prise en charge à 100% de leurs travaux d’insonorisation au lieu de 80% à 95% actuellement. Une décision qui entend « ouvrir l’accès des ménages les plus modestes au droit à l’insonorisation ».

« En matière d’insonorisation, diverses pistes de progrès sont encore envisageables : élargissement de l’éligibilité géographique des bénéficiaires des aides à l’insonorisation ou extension à de nouveaux types de locaux (bâtiments publics tels les mairies, les bibliothèques, …), réduction des délais de traitement des demandes, etc. » explique Nathalie Kosciusko-Morizet.

En outre, le relèvement de 300 mètres des altitudes de survol à l’approche de Roissy et du Bourget en configuration face à l’Ouest devrait être effectif à l’automne 2011. Alors que les associations, riverains et élus souhaitent également le relèvement des altitudes face à l’Est (qui concerne plusieurs centaines de milliers de riverains de la Vallée de Montmorency, du Val d’Oise, des Hauts de Seine et des Yvelines), la ministre précise qu’une décision finale sera prise en juillet.

Source VONews 04/07/2011