Citoyenneté Action Participation pour le 21ème siècle

La France, entre tradition politique et nécessaire réforme

Il y a bientôt 30 ans, la loi portant sur la décentralisation était votée. Cette réforme majeure de nos institutions, était censé conduire à une administration publique plus efficace et favoriser une Démocratie de proximité. Pourtant on ne peut que constater que le bilan de la décentralisation n’est pas conforme aux objectifs définis (dont un rapport sénatorial d’information en 2000 concernant le bilan de la décentralisation, le rapport Balladur concernant la réforme des collectivités territoriales …). Encore aujourd’hui la tradition politique Française demeure, et la France reste une République centralisée où les décisions se prennent essentiellement à Paris (parfois à Bruxelles).  

L’appropriation de la gouvernance des collectivités territoriales, par les divers mouvements politiques (PS, UMP, …), la définition de « principes » sans corrélation avec la réalité locale, ni coordination avec les initiatives privées (individuelles, associatives, syndicales).

Il est aujourd’hui indispensable de poursuivre cette réforme institutionnelle, en conservant l’esprit de la démarche politique, en clarifiant les objectifs (et l’utilité) des collectivités instituées, leur rôle dans la réalisation des objectifs et ainsi éviter les chevauchements et les doublons de compétence, en associant pleinement la Société Civile (Conseils de quartier, Associations, Fondations, Syndicats …) à l’action publique.

En finir avec ce mythe de l’Homme (ou de la femme) providentiel(le) qui avec son clan,  pourrait « sauver » la collectivité de France. Les enjeux sont trop nombreux et trop complexes pour envisager une action (et une réponse) unique.

Le problème de la France; ce n’est pas sa Jeunesse, son immigration, ou la pratique de la religion musulmane, … etc; mais l’obsession de nos institutions, à travestir la réalité, à ne pas regarder sérieusement (et de manière responsable) la situation et les enjeux qui se posent. Une loi ne sert à rien si les moyens ne suivent pas. Combien de lois votées, sans décret d’application, pour ne pas avoir à assumer financièrement un coût non programmé. Des rapports parlementaires d’informations (et de propositions), archivés à la documentation française et non suivis de réforme politique. Des reports financiers sur les générations futures (prolongation de la CADES  : Caisse d’Amortissement de la Dette Sociale).

La Solidarité, l’encadrement scolaire et la formation, la mise en place d’équipements publics, … tout cela a un coût. Ce coût doit être prévu et préalablement financé (donc précisément et globalement défini). Mais ces coûts sont indispensables pour l’avenir de notre pays. La situation de notre système scolaire par exemple, qui révèle déjà de profondes inégalités, risque de se dégrader d’avantage, avec les suppressions de postes et de moyens des outils de politiques pédagogiques. Ainsi un système d’enseignement public, dépourvu de moyens adaptés malgré des proclamations solennelles de son ministre, conduira d’avantage de jeunes à la dérive sans réelle formation, exclus de l’emploi et de la participation à la Société en général, frustrés, dans une impasse de vie. Ce défaut de clairvoyance politique, cette vision financière à court terme, risque de conduire à une situation « irrémédiablement compromise » et un coût bien au delà de cet investissement nécessaire. 

En effet l’évolution de la situation économique d’un pays ne se peut se mesurer exclusivement à son PIB (Produit Intérieur Brut), mais également au taux de chômage prolongé des jeunes et des séniors, à la pérennité des entreprises (au delà de 3 ans), à l’innovation technique … C’est pourquoi, les investissements publics dans le système d’enseignement et de formation, moteur de la croissance réelle, et l’innovation politique, qui associerait pleinement la Société civile pour des objectifs concertés et coordonnés, sont indispensables, notamment dans les Zones urbaines sensibles, dont la dégradation semble se poursuivre.

Advertisements

Auteur : Thierry ROBY

roby_th@yahoo.fr

Les commentaires sont fermés.