Citoyenneté Action Participation pour le 21ème siècle

Ecologie : Le Val d’Oise lanterne rouge

Ecologie : Le Val d’Oise lanterne rouge du palmarès 2010 établi par le magazine La Vie
Le palmarès écologie 2010 établi par le magazine La Vie et qui répertorie les « bonnes pratiques écologiques » et les « efforts faits d’une année sur l’autre » consacre l’Aveyron comme département français le plus volontaire. A l’autre bout du classement se trouve le Val d’Oise qui passe de la 92e à la 95e place. Un coup dur pour la majorité au Conseil général qui affiche sa volonté de faire du Val d’Oise un éco-département.

Faire du Val d’Oise un éco-département était l’un des principaux arguments de la gauche lors des dernières élections cantonales qui l’ont vu prendre pour la première fois en 40 ans les rênes du Conseil général. Si le plan « éco-département » mis en œuvre depuis le début de l’année n’a pas encore donné de résultats, la dernière place obtenue par le 95 dans le classement du magazine La Vie montre une réelle nécessité. Cette mobilisation politique retenue parmi les six critères de ce palmarès écolo est d’ailleurs saluée. C’est d’ailleurs le seul qui vaut au département d’être au dessus de la moyenne. Le Val d’Oise se classe 24e, une place commune à toute la Grande Couronne.

Le Val d’Oise victime de ses transports ?

C’est en tout cas ce que suggère l’hebdomadaire. Avec sur son territoire le premier aéroport international français et de grands axes routiers, le département souffrirait d’abord de ses transports. Comme partout en Ile-de-France d’ailleurs. Conséquence directe : la qualité de l’air, autre critère retenu par La Vie, est mauvaise. Le Val d’Oise se classe avant-dernier de classement à égalité avec le Nord et l’Essonne et juste derrière Paris et la Petite Couronne et les Bouches du Rhône. Il faut dire que l’argument de la qualité de l’aire ne peut bien évidemment pas favoriser la région capitale, ce que reconnaît d’une façon plus générale le magazine. « Les départements très urbanisés, comme la région parisienne, ou les anciens territoires industriels, dans le nord, restent pénalisés par certains de nos critères » admet-il. Car, si le Val d’Oise se classe 95e, ses voisins d’Ile-de-France le talonnent : la Seine-Saint-Denis et la Seine-et-Marne sont 93e, l’Essonne et le Val de Marne 91e, les Yvelines et les Hauts-de-Seine 89e et Paris 88e.

Un manque d’énergies renouvelables

Mais plus encore, ce classement fait apparaître le retard pris par le Val d’Oise en matière d’énergies renouvelables. Le département est bon dernier, au même titre que Paris et la Seine-Saint-Denis. Et ce n’est pas le « budget de plus de 50 millions d’euros pour l’investissement écologique public et privé » avancé par Nicolas Corato, directeur de la communication du Conseil général, dans La Vie, ni le « chèque énergie verte » à destination des particuliers, qui va permettre de rattraper les 14,5 mégawatt d’énergie renouvelable raccordés au réseau dans l’Hérault, largement en tête de ce classement.

Les autres critères de ce classement portent sur la gestion des déchets (88e), l’agriculture biologique (72e) et la qualité de l’eau (71e). Sur ce dernier point, le Val d’Oise, comme ses homologues de Grande Couronne, peuvent jalouser Paris et la Petite Couronne, dont la qualité de l’eau leur permet de se hisser à la 1ère place (exception faite au Val de Marne, 32e).

Source : VoNews.fr

Publicités

Auteur : Thierry ROBY

roby_th@yahoo.fr

Les commentaires sont fermés.