Citoyenneté Action Participation pour le 21ème siècle

Le Sénat américain prêt à adopter la réforme de la régulation financière

Le Congrès américain devait adopter jeudi la plus vaste réforme de la régulation financière aux Etats-Unis depuis les années 1930, et ainsi offrir au président Barack Obama sa troisième grande victoire législative.

Le Sénat a ouvert la voie jeudi matin à l’adoption du texte, en décidant par 68 voix contre 38 de le soumettre à un vote final, prévu à 14h heure locale (19h GMT) à la chambre haute. L’adoption du texte, déjà voté par la Chambre des représentants, semblait quasiment assurée, même si seulement trois membres de l’opposition républicaine devaient voter pour. Barack Obama devrait ensuite le promulguer rapidement.

Le texte, qui vise à éviter une répétition de la grave crise financière apparue en 2008, constitue la principale priorité de Barack Obama en politique intérieure depuis l’adoption de la réforme de la santé.

Le projet de loi de 2.300 pages vise à combler des lacunes du système de régulation, mises en cause dans la crise de 2008. Il donne aux autorités compétentes un large pouvoir pour freiner les banques, limiter la prise de risques des sociétés financières et superviser des opérations auparavant non régulées. Le texte facilite également la liquidation de grandes institutions interconnectées financièrement et crée un nouveau bureau de protection des consommateurs chargé de lutter contre les abus en matière de prêts.

Les Américains qui ont souffert de la récession « s’attendent à ce nous répondions à une situation qui nous a conduits au bord du désastre financier », a lancé mercredi matin au Sénat le président de la commission bancaire, Chris Dodd.

Entre autres choses, le texte donne au gouvernement de nouveaux pouvoirs pour démanteler les sociétés défaillantes dont la faillite menacerait l’économie, et crée une nouvelle agence pour protéger les consommateurs dans leurs transactions financières.

Le projet de loi n’offre pas de remède miracle contre la crise, et dans de nombreux cas, son impact réel ne se fera pas sentir avant au moins deux ans. L’adoption du texte devrait offrir un succès bienvenu à Barack Obama, en baisse dans les sondages mesurant la confiance dans sa politique économique.

Et alors que les sondages prédisent des gains de sièges importants pour les républicains, tant au Sénat qu’à la Chambre, lors des élections de la mi-mandat, en novembre. AP

Source : Yahoo.fr

Advertisements

Auteur : Thierry ROBY

roby_th@yahoo.fr

Les commentaires sont fermés.