Citoyenneté Action Participation pour le 21ème siècle

L’association des élus et citoyens contre la corruption (Anticor) s’installe dans le Val d’Oise

L’association des élus et citoyens contre la corruption (Anticor) a annoncé mercredi à Paris la création de quatre groupes locaux en Ile de France. Dans le Val d’Oise, Rachid Adda, conseiller municipal MRC d’opposition à Sarcelles, sera le coordinateur départemental. Sa candidature aux municipales de 2008 avait déjà été soutenue par Anticor.

Crée en 2002 par une poignée d’élus républicains issus de divers courant politique, l’association nationale Anticor rassemble aujourd’hui plusieurs centaines de citoyens et élus dont l’objectif principal est de lutter contre la corruption. Il s’agit aussi pour ses membres de fédérer toutes les initiatives éparses et multiples des citoyens, des journalistes d’investigation et des élus souhaitant mettre le combat contre la corruption au cœur de leur action militante. Ce combat éthique contre la corruption et pour une meilleure utilisation de l’argent public est un moyen pour ses membres de réhabiliter la politique notamment en s’appuyant sur un réseau de veille et d’information.

En Ile de France, une nouvelle étape vient d’être franchie par l’annonce à Paris à l’occasion d’une conférence de presse, en présence de Séverine Tessier cofondatrice et porte-parole d’Anticor, de la création des quatre premiers groupes locaux dans les Yvelines, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val d’Oise.  A la tête du groupe local valdoisien, qui rassemble des citoyens et des élus de tous bords politiques, Rachid Adda, conseiller municipal de Sarcelles rappelle « le caractère politique mais non partisan du combat contre la corruption et de l’importance d’exercer une vigilance républicaine dans la gestion des deniers publics. »

Lutte contre la corruption, la mauvaise gestion et les conflits d’intérêts
L’action du groupe local du Val d’Oise s’axera sur la gestion publique, les services publics locaux, la promotion du non cumul des mandats et des fonctions et des actions d’informations et de sensibilisations auprès de la population et des élus. Le groupe local anticor 95 se donne également le droit d’agir ou de soutenir des actions citoyennes auprès du contrôle de légalité, des juridictions administratives (Cour Régionales des Compte, Tribunal Administratif) et pénales.

Mais l’action d’Anticor 95 ne se bornera pas à dénoncer certaines dérives. « Le groupe local du Val d’Oise coordonnera sur l’ensemble du département des actions de sensibilisation et d’informations auprès de la population notamment dans les communes populaires où le principe du « tous pourris » éloigne des urnes, plus qu’ailleurs,  une très grande majorité des électeurs » précise Rachid Adda.  Une réunion de présentation du groupe local anticor 95 et de ses membres doit se tenir en juillet en présence de la direction nationale d’anticor.

Plus d’infos : www.anticor.org

Publicités

Les commentaires sont fermés.